fbpx

logo Smile Design Boutique

simple logo Smile Design Boutique

Interview Werner Pichler

Certaines personnes attirent-elles la chance ?

… ou est-ce la chance qui attire certaines personnes ?

 

Pour répondre à cette question fondamentale, je vous propose d’aller rencontrer notre chanceux voisin, Werner Pichler, l’heureux directeur du The Ritz-Carlton Hôtel de la Paix, Genève.

Werner, c’est d’abord une silhouette impeccable, un costume sans faux plis, une barbe taillée au millième de millimètre surmontée de 2 yeux bleus pétillants.

 

On fait les présentations ?
Cet Autrichien altier adore tellement faire et défaire ses bagages qu’il en a fait son métier. Gros plan sur la carrière d’un directeur d’hôtel pas comme les autres. Werner voit le jour en Autriche, dans une région rurale, qu’il se dépêche de quitter pour découvrir le monde. Son diplôme en poche, il quitte la patrie de Mozart pour s’installer successivement à Paris, Zurich, Munich, en Angleterre, à Dubai, à Berlin, puis le monde et finalement Genève.

Il dédiera les premières années de sa carrière au marketing des marques deluxe au sein du groupe Marriott. Il prend ensuite un rôle de manager international actif dans près de 50 hôtels 5 étoiles. C’est lors d’une de ses nombreuses missions, qu’il découvrira et qu’il tombera littéralement amoureux du The Ritz-Carlton Hotel de la Paix, Genève. Ce fût la première fois nous confie-t-il, qu’il se verrait bien directeur d’un seul hôtel.

Wait and see!
Tout vient à point à qui sait attendre, nous dit le dicton. Et bien quatre ans plus tard, on lui propose de reprendre la direction du The Ritz-Carlton Hotel de la Paix; nous tenons-là un chanceux je vous dis ! Il ne lui a pas fallu plus de 24 heures pour accepter et relever ce nouveau défi même si cela exigeait de vivre quelques temps séparé de ses proches restés à Berlin.

Et le luxe dans tout ça ?
Quand on lui demande sa vision du luxe et de l’exclusivité, notre élégant Dandy cite un petit peintre prometteur de la Renaissance plus connu sous le nom de Michel Ange.
“ La forme la plus pure du luxe, c’est la simplicité ”

Pour Werner, le vrai luxe, ce ne sont finalement que des choses simples, épurées, bien faites et des expériences fluides.

Quand on réfléchit nous dit-il, tous les hôtels du quai du Mont Blanc possèdent des prestations incroyables qui sont pour nos clients des standards, des choses acquises, évidentes.

« Parce que nous sommes le plus petit Palace de la Rade avec nos 74 chambres et suites, nous nous devons de tout miser sur la proximité et la personnalisation. »

Chaque employé de l’hôtel est donc invité à repérer avec discrétion les goûts, les motivations, les traits de personnalité de chaque client afin de leur proposer des attentions particulières pendant leurs séjours.

Je vous donne juste un exemple. La dernière fois, un petit garçon est venu pour son anniversaire avec ses parents. Ils sont sortis pendant la journée mais le bambin avait oublié son ours. Quand il est rentré, il a trouvé un album photo avec son Teddy Bear mis en scène dans plusieurs lieux de l’hôtel. Cela a permis de faire briller ses yeux d’enfant et d’offrir ainsi à sa famille une expérience unique dans notre établissement.

Pourquoi l’Hôtel de la Paix s’appelle-t-il ainsi ?
En premier lieu, ce qu’il faut savoir c’est que cet hôtel est intimement lié à l’histoire diplomatique de Genève.

Pendant la guerre de Sécession, les Britanniques qui avaient mal digéré l’indépendance de leurs anciennes colonies américaines ont fourni du matériel militaire au sud sécessionniste. Mauvais choix pour les anglais : ils ont misé sur le perdant. Les USA ont donc exigé d’être dédommagés par sa Royale Majesté pour cette grave entrave à la neutralité. C’est à l’Hôtel de la Paix qu’a été célébré cet accord bipartite.

En 1863, c’est encore au Bar de cet hôtel – dont nous parlerons bientôt plus en détail – que la première version de la convention de Genève a été élaborée sous l’impulsion d’Henry Dunant.

Au fait, vous buvez quelque chose ?
Avec plaisir ! Nous passons donc au Bar accompagné de notre directeur du jour totalement disponible. “ Bienvenue au Fred BAR ! En lien avec le FiskeBar, notre restaurant scandinave, nous devions remettre en selle le Bar de l’Hôtel”.

Enchanté Fred !
Donc ce comptoir baroque un brin surréaliste s’appelle Fred by Fiskebar en hommage à un de ses plus fidèles clients. Fred serait un aristocrate scandinave bon vivant qui a développé un style de vie tout à fait excentrique.
Un jour pendant une réception à l’ambassade suisse à Copenhague, il rencontre une charmante Genevoise et en tombe follement amoureux.

Notre tourtereau quitte les rives de la mer du Nord pour celle du lac Léman et dédie sa vie à l’art. C’est au bar de l’hôtel que Fred donnera tous ses rendez-vous professionnels et plus encore. Puis subitement, Fred a disparu et plus personne n’aura jamais de nouvelles.

Plusieurs artistes de l’agence D10 Artspace ont réalisé des œuvres détonantes pour rendre hommage à notre Baron à la moustache précise venu des Fiords glacés.

Selon Werner, la réponse à l’énigme de ce soudain départ se trouverait dans les œuvres exposées. Le serveur arrive et nous dépose plusieurs cocktails aussi incroyables qu’inattendus. Nous ne parlerons ici que du MAED, un cocktail d’inspiration viking servi dans une corne de Bouc que chacun doit identifier avec une marque réalisée initialement avec… du sang. Mais rassurez-vous, le sang a été remplacé par un sirop de sucre tout à fait homologué.

Ce magazine met en avant la qualité de notre blanchiment dans notre clinique dentaire
Un médecin et une assistante dentaire effectuent un blanchiment dentaire à un patient
Un dentiste et une assistante dentaire mettent la dernière main au blanchiment dentaire d'un patient
Un dentiste qui finalise un detartrage

 

SMILE INTERVIEW

 Votre dernier sourire au cinéma ou au théâtre ?
C’était au théâtre du Lycée Français à Berlin, ou ma fille a joué le rôle de Juliette dans la pièce « Romeo & Juliette » de William Shakespeare. Incroyable de voir sur scène cette jeune femme pleine d’énergie et de charisme. Il y a encore quelques années, je la portais encore sur mes épaules !

La personne qui vous a le plus inspiré ?
Barack Obama. J’ai eu la chance de le rencontrer à Berlin, nous avons un peu échangé. C’est quelqu’un de tellement relax et cool, qu’on en oublierait presque qu’il était président de la plus grande puissance du monde. Attentionné, il m’a fait parvenir un cadeau, emballé dans un papier or avec le tampon de la maison blanche que je n’ai jamais voulu ouvrir. Le fait qu’il ait eu cette attention à mon égard est finalement plus important que ce qu’il contient. On me traite de fou à chaque fois que je raconte cette histoire !

La première chose que vous regardez chez quelqu’un ?
Hommes ou femmes ? (rire)
Je dirai, les chaussures, les yeux, les mains.

Les chaussures
Je trouve que quelqu’un qui a toujours de belles chaussures doit forcément avoir une vision esthético-hédoniste de l’existence qui me va bien !

Les yeux
C’est important pour moi quand je parle avec quelqu’un de garder sans cesse le lien visuel. En fin de compte, quand on lit bien le regard des gens, on se trompe rarement.

Les mains
Il me semble que les mains disent beaucoup de notre histoire, de notre métier, de notre sens du détail.

Votre plus gros coup de folie
Je me suis offert une Triumph Spitfire convertible avec conduite à droite. Extraordinaire !
Mon plus grand regret jusqu’à aujourd’hui ? J’ai dû m’en séparer à la naissance de mon premier enfant, j’y pense quasiment tous les jours (rire).

Un coin de soleil à partager ?
J’en ai 2 en fait, j’adore les îles grecques pour leurs beautés, mais aussi pour la gentillesse de ses habitants. Mais j’ai un faible tout particulier pour l’Auvergne. C’est une région française splendide secrète et rurale comme mon Autriche natale.
J’y ai acheté une maison en pierre de 150 ans et j’aime m’y ressourcer. J’aime les plaisirs simples qu’offrent ce bout de campagne et ses couchers de soleil incroyables.

Ce qui vous ferait regretter Genève un jour ?
C’est que cet hôtel ne reprenne pas toute sa place dans le cœur de la ville et dans le cœur de ses habitants. On est heureux de voir que plus de 80 % des clients du restaurant sont des locaux.

Je ne regretterais pas ces hivers difficiles, humides et brumeux, mais l’été tout change. La ville, les montagnes et le lac nous offrent un des plus beaux panoramas d’Europe.

 

Nos Patients témoignent

Découvrez comment nous avons réussi à redonner le sourire à Marta, Richard Yulia, Kristina et les autres.

Contactez-nous

“Notre équipe médicale sera toujours disponible pour répondre à vos besoins dentaires, qu’ils soient liés à la santé ou à l’esthétique.”

Vous souhaitez qu'on vous rappelle ?

Vous préférez nous envoyer un message ?


Contact us

Dr de la Torre

Bonjour, ça fait plaisir de vous voir ici. Que pouvons-nous faire pour vous aujourd'hui ​?

N'hésitez pas à utiliser votre application préférée si vous avez besoin de contacter notre équipe.

Bonjour, Bienvenue !
Si vous avez des besoins, n'hésitez pas à utiliser votre application préférée pour contacter notre équipe.